Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Philip Shaw

La demande alimentaire asiatique fait preuve de résilience

30 décembre 2020, Philip Shaw

Nous voilà à nouveau en période de fêtes, et bien sûr, cette période de vacances est plus différente que jamais. C'est généralement un moment où les familles se réunissent, une célébration religieuse pour certains, une célébration culturelle pour d'autres. Cependant, cette année, alors que la Covid 19 continue à sévir en Ontario et au Québec, les gouvernements nous encouragent à rester chez nous. En fait, de grandes parties de l'Ontario et du Québec sont confinées. Le raisonnement est le suivant : restez chez vous cette année et vous aurez de meilleures fêtes de fin d'année l'an prochain. Nous connaissons tous les chiffres terribles des infections et des décès. On ne peut pas ignorer les pandémies mondiales, rien de tout cela n'est rassurant.

Il va sans dire que les magasins d'alimentation s’inquiétaient pour Noël car les fêtes pouvaient être annulées, mais une surabondance de nourriture semble faire partie du décor. Cependant, il ne faut pas oublier en ce moment les personnes moins fortunées. Avec la Covid qui nous touche tous les jours, il y a des files d'attente pour la nourriture, que ce soit dans une épicerie de quartier ou dans une banque alimentaire.


Nous en avons déjà parlé dans cette chronique. En tant qu'agriculteurs, nous sommes reconnaissants d'avoir de la nourriture dans nos assiettes et nous sommes reconnaissants de nous en sortir au sein de cette économie Covidienne. Il y a encore de gros problèmes, par exemple la grande usine de Cargill Beef près de Guelph, en Ontario, qui a été fermée puis rouverte en raison de problèmes liés à la Covid. Tous ceux qui possèdent des animaux de boucherie en Ontario et au Québec en connaissent les effets dans le marché. D'autre part, les producteurs de grains profitent de très bons prix. En fin de compte, ce monde continue de se développer, et une série d'événements se sont conjugués en fin d'année pour faire monter les prix de façon spectaculaire. 

Au moment où j'écris ces lignes, pendant les Fêtes, le soya à Chicago est à 12,95 $ le boisseau et le maïs à 4,66 $ le boisseau, deux prix intéressants et bien supérieurs à ceux de l'année dernière à la même époque. Il y a de nombreuses raisons à cela et nous avons abordé un grand nombre d'entre elles au cours des dernières semaines. La Chine est toujours un facteur important et sa population et sa demande alimentaire continuent de croître. Le prix du soya en Chine a également atteint des sommets pluriannuels. Les contrats à terme du maïs au comptant sur la bourse chinoise de Dalian ont également atteint leur plus haut niveau en 15 ans.

Qu'est-ce que cela signifie réellement ? Oubliez les subtilités de la dissection des prix. Je suis de plus en plus convaincu que ces prix inhabituellement élevés signifient que la demande agricole chinoise est aussi solide que nous le pensions. Bien sûr, l'administration Trump a mis un frein à la hausse en 2018, mais si nous baissons les prix, tout va revenir et même plus. Cela n'exclut pas les mesures commerciales incroyablement dommageables prises par les États-Unis et la Chine depuis 2018. Cela signifie seulement qu'avec la croissance de la population chinoise et une base aussi importante, la demande de nourriture ne cesse de croître. En fin de compte, cette demande alimentaire doit être satisfaite et qu'elle provienne du Brésil (en grande partie) ou des États-Unis (moins), il faut la satisfaite. Notre marché à terme réagit simplement à la réalité de la demande chinoise extrêmement dynamique de produits agricoles. 

Quand vous pensez à la demande alimentaire en Chine, pensez à la demande de porcs et de soya. Ensuite, dépassez ce sujet et réfléchissez à ce que cela signifie. La Chine abrite environ la moitié des porcs du monde, qui produisent environ 50 millions de tonnes de viande de porc par an.  Pensez à la quantité de maïs qu'il faudrait ?  Pensez à une population en augmentation avec des chiffres de croissance économique plus importants et cela ne fait que confirmer la nécessité d'en avoir toujours plus. La peste porcine africaine pourrait avoir fait disparaître des millions de porcs en 2018, mais selon le ministère chinois de l'agriculture et des affaires rurales, elle sera totalement éradiquée pour un retour à la normale au cours du premier semestre 2021. En fait, à l'heure actuelle, les Chinois y sont à 90 %. Si l'on ajoute à cela tous les autres facteurs intermédiaires de la demande alimentaire, cela signifie que la Chine joue un rôle clé dans les prix agricoles en Amérique du Nord, au moment où nous nous tournons vers l'avenir. 

On peut également le constater dans les taux d'obésité en Chine. Selon un récent rapport de la Commission chinoise de la santé, 50,7 % des Chinois sont en surpoids. Le taux d'obésité est passé de 2,2 % en 2002 à 16,4 % en 2020.  Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu'ils nous ressemblent de plus en plus en ce qui concerne la demande alimentaire. Cela signifie que si la tendance se poursuit, ils auront besoin d'encore plus de produits agricoles à l'avenir, surtout avec leur propre capacité agricole nationale limitée.

Elle se poursuivra, non seulement là-bas, mais aussi dans des endroits comme le Bangladesh, le Pakistan et l'Inde. Il y a ensuite l'Afrique, où, lorsque Covid sera éradiqué et que les taux de croissance économique augmenteront, la demande alimentaire sera encore plus forte. Cependant, cela va probablement libérer un énorme potentiel de production africain dans les années à venir.

Qu'est-ce que tout cela signifie pour les agriculteurs de l'Ontario et du Québec ? Eh bien, c'est une bonne chose à long terme, mais pour l'instant, pourquoi ne pas simplement en être reconnaissant, ainsi que de la nourriture abondante qui se trouve devant nous. Depuis cette région agricole plate au nord de Dresde, en Ontario, je veux vous souhaiter à tous une très bonne année.


Partager cet article