Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Philip Shaw

La fièvre porcine africaine, les tarifs douaniers chinois sapent la base américaine du soya

22 septembre 2018, Philip Shaw

Il y a deux semaines, j'ai eu le plaisir de visiter Noblesville en Indiana en qualité de conférencier invité du Hamilton County Farm Bureau local. C'est à six heures de route de ma ferme près de Dresden, en Ontario, à travers quelques-unes des meilleures terres du Corn Belt américain.  Je n'ai pas souvent l'occasion de traverser les terres agricoles américaines en voiture, mais cela m'a beaucoup plu. Malheureusement, je n'avais pas d'autres bonnes nouvelles à annoncer lors de ma conférence sur le marché ce soir-là.

L'un des avantages secondaires de mon voyage a été que j'ai pu me rendre dans certains champs de maïs et de soya des abonnés et amis de DTN, George Kakasuleff de Cicero en Indiana et Glen Newcomer de Bryan en Ohio. Je dois dire que j'ai été très impressionné par les cultures dans et autour de Cicero et Bryan, le soya était incroyablement sain et bien garni. Le maïs était superbe. Je suis revenu en pensant qu'il n'y avait aucun doute quant aux prévisions du USDA concernant les importantes récoltes américaines. Les rapports ultérieurs du USDA proposeront sans doute des chiffres encore plus élevés en janvier.  

Il est évident que cette année, les prix du soya ont baissé pour deux raisons, l'une étant une récolte énorme dans les champs et, bien sûr, les problèmes que nous avons eus avec la demande chinoise de soya. Je l'ai appris aujourd'hui lorsque j'ai entendu parler d'un silo à grains du Dakota du Nord qui retirait ses offres de soya de la nouvelle récolte. Cette situation a été rapportée dans le Williston ND Herald où un spécialiste de la gestion des risques de l'Université d'État du Dakota du Nord aurait déclaré que les silos de la partie est de l'État avaient retiré leurs soumissions pour le soya. Il a ajouté qu'il n'y a pratiquement aucun prix affiché pour le soya et que pour l’instant il n’y avait qu’un petit nombre d’élévateurs comme celui-ci, mais qu'il s'attendait à ce qu'il augmente à mesure que la récolte se rapproche.

Alors, qu'est-ce que vous dites de ça pour la « base » du soya ?  Dans le même article, on parlait des silos qui essaient d'économiser de l'espace d'entreposage pour le soya qu'ils ont déjà sous contrat. Inutile de dire que dans cette partie du Dakota du Nord, environ 75 p. 100 du soya est généralement acheminé vers un silo, où il est ensuite expédié dans le Pacifique Nord-Ouest. Toutefois, comme nous le savons tous, les droits de douane chinois sur le soya ont mis un frein aux prévisions de tout le monde.  Inutile de dire que je ne m'attendais pas à ce que les silos à grains fassent pratiquement disparaître le prix au comptant du soya. Voilà à quel point les choses vont mal dans cette partie du pays.

C'est assez dur, c'est sûr, mais ce n'est certainement pas la même chose dans des endroits comme Cicero en Indiana, et Bryan en Ohio. Si vous regardez une carte de « base », ces deux petites villes, l'une près d'Indianapolis en Indiana et l'autre près de Toledo en Ohio, ont des valeurs de base relativement bonnes comparativement au reste du pays.  N'oubliez pas que la base céréalière est la valeur qui détermine le moment où le grain est transporté, acheté ou vendu. Dans les deux cas, la base de soya est plus faible que d'habitude, mais elle ne ressemble en rien à la partie est du Dakota du Nord. 

Il est difficile d'être quelque peu optimiste au sujet des prix du soya, mais je trouve que c'est un peu délicat à écrire. Je dis cela parce que j'ai vu beaucoup de choses au cours de mes 32 années d'écriture de cette chronique et même si nous avons connu des moments sombres, nous nous en sommes toujours sortis. Comme je l'ai dit aux agriculteurs du comté de Hamilton en Indiana, il faut trouver une solution à cette guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis. 

Malheureusement, le modèle chinois de la demande de soja s'assombrit un peu plus. Comme vous le savez tous, plusieurs cas de fièvre porcine africaine sont apparus dans des exploitations porcines chinoises. Cette maladie entraîne une forte fièvre, une perte d'appétit et des saignements chez les porcs. Elle peut causer la mort en 2 à 10 jours. Donc avec 13 cas jusqu'à présent en Chine, tout le monde est un peu nerveux. La seule façon de régler ce problème, c'est d'abattre les porcs. Personne ne peut imaginer que cela se produise à grande échelle en Chine, surtout quand on sait que ce pays est le plus grand consommateur de viande de porc par habitant au monde. 

Lin Tan, correspondant de DTN en Chine, a écrit un excellent article intitulé "La fièvre porcine africaine pourrait réduire la demande de soya de la Chine". Dans son article, Tan cite des responsables chinois qui expliquent comment la fièvre porcine africaine, si elle se poursuit, pourrait réduire considérablement la demande de soya et les importations de soya de la Chine. La réticence des entreprises de trituration de soya chinois à acheter de nouvelles réserves de soya américain ouvre le spectre de la réserve stratégique de soya de la Chine pour répondre à sa demande intérieure.

C'est un tableau assez sombre si l'on y ajoute les conséquences de la peste porcine africaine et les droits de douane sur le soya en provenance de Chine. Si la consommation de la Chine diminue, ce sera la première fois depuis de nombreuses années. Avec la montée en puissance du Brésil qui cultive toujours plus de soya, cela ne marchera pas non plus. 

J'espère avoir tout faux quelque part dans cette équation. Cela me fait espérer que nous ne sommes qu'à un petit tweet du matin de la résolution d'au moins une partie du problème en cours. Être positif demande du travail. Il y aura de nombreuses occasions de fixer le prix du soya, mais nous avons encore quelques montagnes à gravir.

 

 


Partager cet article