Nouvelles Soybean and Corn Advisor

Une coopérative de Rio Grande do Sul dans le sud du Brésil estime la perte de soya à 48 %

26 janvier 2022, Soybean and Corn Advisor

Les cultures dans l'État brésilien le plus méridional du Rio Grande do Sul continuent d'être affectées par des conditions extrêmement chaudes et sèches. Selon la Fédération des coopératives agricoles (FecoAgro/RS) et le Réseau technique coopératif (RTC), après des semaines de temps sec et de températures historiquement élevées, des dommages irréversibles ont été causés à la culture de soya du Rio Grande do Sul. Le RTC comporte 23 coopératives de l'État qui représentent plus de 50 % de la superficie de soya dans l'État.

RTC a mené une enquête auprès des coopératives membres et au 22 janvier, il a estimé que les pertes de soya dans l'État seraient de 48,7 %, soit le double de leurs pertes estimées le 4 janvier, qui étaient de 24 %. RTC a estimé que le rendement moyen du soya dans l'État sera de 31 sacs par hectare (27,7 boisseaux/acre) par rapport à son estimation initiale de rendement de 60,2 sacs par hectare (53,8 boisseaux/acre).

En plus des rendements inférieurs, la superficie finale de soya pourrait se retrouver en dessous de ce que Conab estime pour l'État, qui est de 6,27 millions d'hectares (15,4 millions d'acres). La superficie potentiellement plus faible est le résultat des conditions chaudes et sèches qui ont entravé la plantation et la levée du soya. L'enquête du RTC a indiqué que 3,5 % des cultures de soya prévues n'avaient pas été plantées et que 6,5 % des cultures de soya semées n'avaient pas levé.

Compte tenu de l'estimation de la superficie 2021/22 de Conab, environ 220 000 hectares de soya dans l'État n'avaient pas été plantés et 410 000 hectares n'avaient pas encore émergé. Pris collectivement, RTC estime que la production de soya dans l'État pourrait être en baisse de 10 millions de tonnes par rapport aux attentes initiales.

Dans la municipalité d'Ijui, dans le nord du Rio Grande do Sul, les agriculteurs sont dans une situation très difficile avec leurs récoltes de maïs et de soya 2021/22. Des températures extrêmes et une sécheresse historique font que certains producteurs sont confrontés à des pertes de récoltes proches de 100 %.

Selon le président de l'Union rurale d'Ijui/RS, la région subit la deuxième pire sécheresse de l'histoire, dépassée seulement par la sécheresse de 1945. Pendant des semaines, les températures ont été extrêmement élevées, de l'ordre de 40°C (104° F) ou plus et les précipitations ont été minimes. La pluie qui tombe s'évapore rapidement sous les températures extrêmes. Un front froid devrait se déplacer dans l'État cette semaine, apportant avec lui un risque de pluie et de températures plus fraîches, mais des dommages irréversibles ont déjà été causés à la récolte de soya.

Le président de l'Union rurale recommande aux producteurs d'être proactifs et de contacter les sociétés de grains auprès desquelles ils ont acheminé une partie de leur production prévue pour amorcer le processus de renégociation, car ils pourraient ne pas être en mesure de respecter leurs engagements de livraison. Il leur recommande également de contacter leurs banques et leurs fournisseurs d'intrants pour commencer à négocier des conditions de remboursement prolongées, car leur production de grain ne générera probablement pas suffisamment de revenus pour rembourser leurs prêts.


Partager cet article