Nouvelles Soybean and Corn Advisor

Brésil: soya à plus de la moitié semée, la sécheresse toujours préoccupante

11 novembre 2020, Soybean and Corn Advisor

Je pense qu'il est trop tôt pour ajuster de manière significative l'estimation du soya brésilien 2020/21, mais il n'est pas trop tôt pour s'inquiéter du potentiel des conditions météorologiques défavorables résultant d'un renforcement de La Nina qui est actuellement à la limite du modéré à fort. Les météorologues brésiliens prévoient un temps plus sec que la normale pour novembre, décembre et janvier pour une grande partie du Brésil, en particulier le sud du pays.

Il y a eu de la pluie la semaine dernière dans l'extrême nord du Brésil comme dans le nord-est du Brésil, mais il a été généralement sec dans la plupart des zones de production. Les prévisions pour cette semaine concernent des pluies dans certaines parties du sud du pays avec des précipitations inférieures à la normale dans le centre du Brésil. Les prévisions pour la semaine prochaine sont plus sèches dans le sud du Brésil et plus humides dans le nord du Brésil.

Selon AgRural, le Brésil a ensemencé 56% de son soya 2020/21 contre 58% l'année dernière. La première moitié de la récolte de soya a été semée plusieurs semaines plus tard que la normale, tandis que la seconde moitié de la récolte finira probablement par être semée à peu près à temps.

Le fait que le premier semestre ait été semé tardivement sera important pour le maïs safrinha et le démarrage des exportations de soya du Brésil. Les agriculteurs brésiliens avaient déjà décidé de réduire leur superficie de coton safrinha d'au moins 10% ou plus en faveur du maïs safrinha en raison des prix médiocres du coton et des prix records pour le maïs. Le retard dans la plantation du soya forcera un retard dans les ensemencements du coton safrinha qui pourrait conduire à encore moins de coton safrinha et plus de maïs safrinha.

Le maïs safrinha sera semé plus tard que la normale, mais les agriculteurs brésiliens ont indiqué qu'ils pourraient être disposés à semer leur maïs plus tard que la normale en raison des prix nationaux records pour le maïs.

Soya du Mato Grosso - Selon l'Institut d'économie agricole du Mato Grosso (Imea), les agriculteurs du Mato Grosso avaient planté 83% de leur soya 2020/21 vers la fin de la semaine dernière, contre 91% l'année passée et 81% pour la moyenne quinquennale. Cela représente une avance de 29% pour la semaine. La partie ouest de l'état est la plus avancée avec 91% plantée et la partie sud-centrale est la plus lente avec 72%.

Municipalité de Sorriso - La municipalité de Sorriso, située dans le centre du Mato Grosso, est la plus grande municipalité productrice de soya au Brésil avec 620 000 hectares de soya. Après un démarrage lent des semis en raison de conditions sèches, le soya est maintenant semé à plus de 90% et les semis devraient être terminés cette semaine. Le démarrage lent a entraîné une période de plantation plus concentrée cette année, ce qui se traduira également par une période de récolte plus serrée.

En général, la récolte de soya dans la municipalité commence vers le 15 janvier et se termine à la fin de février. En raison du démarrage tardif cette année, la récolte sera concentrée en février, ce qui suscite des inquiétudes quant aux dommages potentiels en cas de temps pluvieux pendant la récolte.

Les agriculteurs de la municipalité ont déjà vendu environ 70% de leur production de soya prévue. Historiquement, les prix du soya sont de l'ordre de 70 à 80 réals par sac (environ 5,90 $ US à 6,75 $ US le boisseau). Le prix d'équilibre est généralement estimé à environ 70 réals par sac (environ 6,00 $ US par boisseau). L'année dernière à cette époque, le prix du soya était de 73 réals le sac (environ 6,15 $ US le boisseau). Le prix au comptant actuel du soya est de 166 réals le sac (environ 13,80 $ US le boisseau), mais les agriculteurs ont déjà vendu 99% de la production de soya de l'année dernière.

Municipalité de Sapezal - Dans la municipalité de Sapezal, située dans l'ouest du Mato Grosso, le démarrage plus sec que la normale de la saison de croissance inquiète les agriculteurs cocernant leur soya et leur deuxième récolte de maïs ou de coton. Le soya est planté à plus de 90%, mais une partie du soya devra être replantée lorsque l'humidité du sol s'améliorera. De nombreuses zones de la municipalité sont sèches depuis plus de 25 jours et le résultat a été une mauvaise germination et de faibles populations de plantes.

Les agriculteurs de la municipalité craignent déjà de rater la période de plantation idéale pour le coton safrinha et pour le maïs safrinha. Ils aimeraient que le coton soit planté vers la fin du mois de janvier et le maïs vers la mi-février. Les agriculteurs ont indiqué qu'ils pourraient être forcés de retarder la plantation de maïs safrinha jusqu'à un moment en mars, mais ils sont prêts à planter leur maïs plus tard que la normale en raison des prix records du maïs.

Municipalité de Campo Novo do Parecis - Dans la municipalité de Campo Novo do Parecis, qui est située dans l'ouest du Mato Grosso, les agriculteurs peuvent devoir replanter 2 à 3% du soya en raison de la faiblesse des populations de plantes causée par les conditions sèches. Certains agriculteurs qui voulaient planter du coton safrinha sont allés de l'avant et ont semé leur soya «dans la poussière» dans l'espoir de devancer la pluie. Cela n'a pas très bien fonctionné et maintenant certains de ces champs devront être replantés.

Soya du Paraná - selon le ministère de l'Économie rurale (Deral), le soya du Paraná a été planté à 61% en début de semaine dernière. Le soya est à 53% en germination et à 47% en développement végétatif. Il est classé à 1% «pauvre», à 16% «moyen» et à 83% «bon».

Soya du Rio Grande do Sul - Selon Emater, les agriculteurs du Rio Grande do Sul avaient planté 17% de leur soya vers la fin de la semaine dernière, contre 16% l'an dernier et 18% pour la moyenne quinquennale. Cela représente une avance de 10% par rapport à la semaine précédente. Certaines régions de l'État avaient suffisamment d'humidité du sol pour encourager les agriculteurs à semer leur soya tandis que les semis étaient suspendus dans d'autres régions. Certain semis de soya plantés en octobre devront être replantés en raison de la faiblesse des populations végétales.


Partager cet article