Me connecter Créer mon compte

Nouvelles RJO'Brien

RJO - Extra viande

05 décembre 2018, RJO'Brien

Bonjour, 

Statistiques d’abattage aux États-Unis

CAD

Pendant que les marchés américains sont fermés pour les funérailles du Président Bush père, les marchés canadiens connaissent une bonne correction. Ce matin à 10h00, la Banque du Canada annonçait un maintien du taux directeur à 1.75% ce qui était attendu. Cependant, Poloz a souligné qu’il y avait encore de la place pour une croissance au Canada sans que ça cause une importante augmentation des salaires… bref, les taux d’intérêt monteront moins vite que prévus! Sur la nouvelle, le CAD a chuté sous la barre du 75.00 pour aller rejoindre les bas du mois de juin.

Grâce à la baisse du huard, le prix du porc en $CA/100kg atteint des niveaux historiquement élevés. Les contrats d’avril, mai, juin et août sont les 2èmesplus hauts depuis 10 ans, après les prix de 2014. Depuis 20 ans, les prix de juin et août sont aussi les 2èmes plus haut.

Porc

Hier, le porc était en baisse sur l’ensemble des échéances. Décembre (-1.15¢/lb), février (-0.85¢/lb) et avril (-0.47¢/lb) terminaient à 56.88¢/lb, 66.05¢/lb et 70.75¢/lb respectivement. Le marché prenait du recule face aux attentes des récents développements commerciaux entre la Chine et les États-Unis. En gros, le marché est d’avis que ce n’est pas pour tout de suite. D’autre part, de nouveaux cas de peste porcine africaine continue de supporter les prix, mais il faudra attendre de voir les chiffres d’imports augmenter avant d’y croire, il n’est pas dit que le marché ne s’emballera pas cet hiver, ce qui pourrait créer des opportunités. 

L’indice CME du prix cash pour la journée de mardi était publié à 56.40¢/lb aujourd’hui, en hausse de +0.02¢/lb. Au cours de la dernière semaine, l’indice CME du prix cash a fait du surplace, baissant en moyenne de -0.09¢/lb par jour! Il semble que la réalité a rattrapé le marché avec la baisse des derniers jours. Il reste 8 publications avant l’échéance de décembre qui devait converger vers le cash d’ici là. Dans la les prochaines semaines, le cash sera supporté par la force du prix des découpes et la diminution des abattages, mais le marché est d’avis qu’on manquera de temps pour que ça se passe d’ici la mi-décembre. Le prix des découpes était publié à 70.88¢/lb hier, en hausse de +0.23¢/lb comparativement à 67.74¢/lb la semaine dernière, ce qui a également aider à inverser la direction du cash. Le marge des abattoirs augmente à 34 $US/tête, un nouveau sommet depuis l’été dernier, mais 10 $US/tête de moins que l’an dernier.

Selon l’USDA, les abattages étaient de 478 000 têtes hier ce qui amène le total pour la semaine à 945 000 têtes, en hausse de 30 000 têtes par rapport à la semaine précédente. Versus 2017, il s’agissait d’une hausse de +1.4%, ou 13 000 têtes. Il est à noter que le marché traverse les hauts de production annuelle et que la production devrait commencer à diminuer au cours des prochaines semaines. Le marché semble espéré que la période de février coïncide avec une ouverture des marchés d’exportation et une demande locale forte stimulée par la baisse du prix des découpes et ultimement du prix au détail. Les consommateurs américains devraient en effet bénéficiés de l’environnement de baisse de prix es dernières semaines d’ici là, alors qu’il existe un certain délai avant que les prix à l’abattoir se reflètent au détail et stimulent la demande.

Prix du CàT de porc sur février

 

Indice CME du prix cash 

Bœuf

Hier, le bœuf était à la hausse. Décembre (+0.10¢/lb) clôturait à 117.78¢/lb, alors que février (+1.47¢/lb) terminait à 121.65¢/lb. Pour l’instant, le bœuf de décembre continue de se maintenir dans son canal technique et de se transiger entre 115¢/lb et 119 ¢/lb. À court terme, le prix du bœuf devrait continuer d’être supporté par la force de l’économie américaine, mais des nuages s’accumulent à l’horizon pour les consommateurs alors que les marchés boursiers semblent pris de paniques ces derniers jours. La demande de bœuf est particulièrement dépendante des dépenses discrétionnaires des consommateurs et peut être considérée à bien des égards comme une bien plus de luxe. Quand l’économie va bien, la restauration rapide tourne rondement et il se vend d’avantage de steak. Quand l’économie va moins bien, on continue à manger mais le budget est plus serré et on se tourne vers des alternatives.

Mardi, l’USDA estimait que les abattages étaient de 121 000 têtes ce qui amenait le total pour la semaine à 240 000 têtes, soit 4000 têtes de plus que la semaine dernière. Il s’agissait d’une hausse de +0.8% par rapport à l’an dernier.

Prix du CàT de bœuf sur février

 

Bonne journée

GABRIEL JOUBERT-SÉGUIN, M.SC., CFA, CAIA 

Stratège de marché chez R.J. O'Brien & Associés Canada Inc.
Tel: 1-888-701-0071 // Fax: 514-932-7340
 

Avertissement :

Le contenu et les opinions exprimés dans le présent commentaire sont uniquement ceux de l'auteur(s) et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et observations présentées ici ne sont fournies qu'à titre informatif et ne doivent pas être interprétées comme une indication ou garantie de rendement futur des marchés concernés. Le risque de perte dans les contrats à terme ou les options sur marchandises peut être important et ne convient pas à tous les investisseurs. Contactez votre représentant de compte pour plus d'informations sur ces risques. Les informations et les opinions contenues dans le présent document proviennent de sources jugées fiables, mais ne sont pas garanties quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. Veuillez examiner soigneusement votre situation financière avant de prendre des décisions de transaction. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est un membre de l' Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE). 


Partager cet article