Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Philip Shaw

Ça chauffe pour le soya américain : est-ce que le cygne noir chinois cèdera en premier ?

06 avril 2018, Philip Shaw

 

Je suis en permanence le marché des grains, avant tout parce que je suis agriculteur et que j'ai des grains à vendre, mais aussi parce que j'écris beaucoup de commentaires sur le marché.  Comme vous le savez, au cours des dernières semaines, j'ai parlé des relations commerciales entre les États-Unis, le Canada, la Chine et divers autres pays du monde agricole.  Donc, parfois, c'est la routine.  La première chose que je fais quand je me lève le matin, c'est de consulter les marchés et de les publier sur Twitter.  Mercredi matin, quand je me suis levé, j'ai vu que le soya avait baissé de 0,40 $ le boisseau.  Inutile de me dire pourquoi c'est arrivé.

Il était évident que la Chine avait pris une mesure et que, parmi les autres mesures commerciales qu'elle envisageait, le soya figurait sur la liste en vue d'obtenir l'application éventuelle d'un droit de douane de 25 % contre le soya des États-Unis.  Eh bien, je suis abasourdi.  J'ai toujours eu peur d'un cygne noir chinois, mais on ne veut jamais le voir se concrétiser.  Il semblerait que nos amis américains aient poussé les Chinois un peu trop loin.  Appelez ça une position de négociation, appelez ça comme vous voulez, nous nous approchons dangereusement d'une véritable détérioration du marché à long terme. 

Les tarifs douaniers envisagés en Chine sont venus s'ajouter aux droits de douane immédiats sur le porc de 37 à 45 %.  Les principaux produits d'exportation de porc des États-Unis vers la Chine ont vu les droits de douane passer de 12 à 37 % et ont été immédiatement mis en vigueur.  Les tarifs proposés sur le soya n'étaient qu'une proposition, mais lorsque le plus gros acheteur de soya renifle, le marché écoute.  L'USDA a estimé que le tarif proposé sur le soya pourrait coûter 16,5 milliards de dollars.  Les droits de douane à l'exportation du porc combinés à ceux du soya auraient un impact d'environ 19,5 milliards de dollars. Il n'y a pas de quoi éternuer.

C'est bien loin de la situation à laquelle nous pensions être dans le commerce agricole avant les dernières élections présidentielles américaines.  Cet événement marquant peut être considéré aujourd'hui comme un exemple géopolitique par excellence de la manière dont les prix des produits de base peuvent être affectés dans le monde.  Certains pourraient dire qu'il s'agit d'une position de négociation délibérément adoptée par l'administration Trump.  Le président semble avoir l'habitude de créer le chaos d'un côté et ensuite de prendre une décision.  Il semblerait que l’agriculteur américain soit le bouc émissaire de ces tactiques de négociation.  Ils en assument certainement une grande part de responsabilité à l'heure actuelle, surtout si tous ces tarifs se concrétisent.

Je ne connais tout simplement pas les intentions de l'administration Trump.  Cependant, le secrétaire américain à l'Agriculture a répondu aux agriculteurs et aux groupes agricoles en disant : "Ce sont des annonces.  Nous avons 30 à 60 jours de négociations pour le faire.  Elles ne prendront pas effet." En termes simples, c'est soit de la bravade, soit le secrétaire à l'Agriculture participe à la stratégie présidentielle. Ou c'est autre chose.

Ce n'est pas une bonne nouvelle et je pense qu'il s'agit d'un comportement risqué entre la Chine et les États-Unis.  Je pense aussi que c'est totalement inutile.  Avec les 555 millions de boisseaux de stocks finaux de soya prévus par l'USDA, nous n'avions pas besoin de ce différend. 

J'ai reçu un appel d'un journaliste de la CBC qui m'a demandé ma réaction à la décision des Chinois et comment cela pourrait affecter les agriculteurs canadiens.  On a pensé que les produits agricoles de l'Ontario ou du Québec bénéficieraient de la décision chinoise, mais je n'ai pas vu le soya de mon voisinage monter en flèche le lendemain.  Cela pourrait avoir une incidence à long terme, mais c'est tout aussi mauvais pour nous maintenant, que pour l'agriculteur américain.

J'ai terminé mon interview avec le journaliste de la CBC en disant que ce serait tellement mieux si tout le monde pouvait s'entendre.  Je considère que les mesures prises par les États-Unis nuisent à leurs marchés.  Il suffit de remonter à 1973, lorsque le prix du soya est passé à 12 $ le boisseau.  À l'époque, les États-Unis ont imposé un embargo sur l'exportation de soya, car ils étaient préoccupés par l'approvisionnement en protéines pour l'alimentation de la volaille et par la production.  Le prix a immédiatement chuté à 6 dollars.  Ces relations tendues avec les clients étrangers à l'époque et, dans une certaine mesure, cet incident est en partie à l'origine du développement de l'économie brésilienne du soya, qui est aujourd'hui le plus grand fournisseur de la Chine.

Je vois cette mesure possible de la part des États-Unis et de la Chine comme une incitation à la production de soya dans le temps dans d'autres régions du monde comme la Russie et l'Afrique. C'est à long terme.  À court terme, j'espère que le ministre américain de l'agriculture, Sonny Perdue, a raison.  J'espère que ce ne sont que des annonces qui ne se concrétiseront jamais.  En définitive, la demande de protéines en Chine devrait continuer à croître.  Certains se demandent qui reculera en premier.  Avec la forte augmentation de la production de soya au Brésil, ce sera peut-être ce cygne noir chinois.


Partager cet article