Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Philip Shaw

La récolte n'est pas encore faite, mais tout est peut-être déjà joué.

15 mai 2019, Philip Shaw

2019 propose un printemps très particulier. Voilà ce qu'il en est de l'inaction sur ma ferme. À cause des précipitations constantes, comme la nouvelle pluie de ce soir, presque rien n'est fait pour les ensemencements dans le sud-ouest de l'Ontario et le sud-ouest du Québec. Pour ma part, je n'ai pas sorti mon tracteur, même si je me prépare à semer depuis six semaines. Comme tous les agriculteurs, il arrive un moment où vous savez que vous ne pouvez pas faire grand-chose. Le vrai test décisif pour faire avancer les choses est de mettre ce semoir sur le terrain. Espérons que le chaud soleil soit en route.

En même temps, on entend constamment les bruits des marchés des grains ravagés par le va-et-vient politique de la guerre commerciale. Au moment où j'écris ces lignes, nos amis américains s'apprêtent à faire passer de 10 % à 25 % les droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits chinois. Nous avons déjà un droit de douane de 25 % sur le soya américain exporté en Chine. Il y a aussi un droit de douane de 62 % sur le porc américain. Les gens qui lisent ce commentaire veulent sûrement que cela se termine, mais il semble que le président américain ait une idée différente. En fin d'après-midi, il a dit avoir reçu une belle lettre du président chinois Xi. En fin de compte, personne ne sait rien.

En général, lorsque les marchés sont incertains, les prix n'augmentent pas, ce qui a été le cas pour les grains au cours de la semaine dernière. Aujourd'hui, le soya a passé brièvement à moins de 8 $US/bo. à Chicago, ce à quoi je ne m'étais pas habitué au cours des dernières années. Cependant, je n'ai pas envie de ce genre de source de revenus. La situation actuelle est plutôt difficile pour les producteurs de grandes cultures des États-Unis et du Canada. Comme je l'ai dit à maintes reprises, les marchés fonctionnent lorsque les politiciens le permettent. Nous n'en sommes pas encore là.

Au Canada, les dommages collatéraux causés par la guerre commerciale avec les États-Unis et la Chine se poursuivent. Nous savons tous que les Chinois n'achètent pas de canola et de porc, mais la semaine dernière, nous avons ajouté à la liste un autre produit canadien, le sperme bovin. Les Chinois ont retardé l'achat de sperme bovin canadien. Beaucoup de mes "followers" sur Twitter se sont joints à moi pour dire qu'ils allaient se priver de la meilleure génétique bovine du monde. Tout cela n'est pas bon. Les facteurs géopolitiques continuent de se faire sentir dans notre monde agricole.

Le 10 mai, l'USDA a aligné son dernier rapport d'offre et demande agricoles mondiales. En ce qui concerne le maïs, la production de la nouvelle récolte devrait atteindre 15,3 milliards de boisseaux aux États-Unis, ce qui constituerait la deuxième plus importante récolte jamais enregistrée. Cette projection a été suivie d'une augmentation des stocks de maïs prévus en fin de campagne de 2,485 milliards de boisseaux, chiffre le plus important depuis 1987-1988. C'était un rapport très baissier pour le maïs. La production américaine de soya devrait atteindre 4,15 milliards de boisseaux, soit 394 millions de boisseaux de plus que l'an dernier. Les stocks américains de soya de la nouvelle récolte ont été fixés à 970 millions de boisseaux. Les stocks de la récolte précédente ont été portés à 995 millions de boisseaux. L'USDA a également relevé l'estimation des importations de soya en Chine à 87 MMT, malgré le fait que presque tout cela ne proviendra pas des États-Unis à moins qu'il n'y ait un accord commercial. L'USDA a également abaissé la production de soya du Brésil 2018/19 à 117 MMT et augmenté la production argentine à 56 MMT, soit beaucoup plus que les 37,8 MMT de l'an dernier.

La situation du maïs en Ontario et au Québec est un peu différente, surtout pour la nouvelle récolte. La concurrence accrue du maïs en provenance du Brésil et de l'Argentine aura certainement une incidence sur notre activité en Europe. L'an dernier, le Québec et l'Ontario ont expédié beaucoup de maïs de l'Ontario en Europe, mais le maïs bon marché sera le dénominateur commun cette année, car le maïs ukrainien, argentin et brésilien sera certainement difficile à battre. Tout dépendra en grande partie de l'évolution de la situation vers la fin de l'année. Les valeurs de base de la nouvelle récolte en tiendront compte, de même que le potentiel du maïs de la nouvelle récolte, qui, pour la plupart, est toujours dans les sacs.

Évidemment, je n'ai pas encore semé de maïs, mais j'ai de grands espoirs. En fait, si je le voulais, je sèmerais beaucoup plus de maïs, mais il y a une limite à ce que je peux faire avec le maïs à l'automne. J'aime être à la maison pour Noël. Idem pour de nombreux agriculteurs américains qui ont autant de champs humides que moi. Au 5 mai, seulement 23 % du maïs américain était planté, le chiffre le plus bas depuis 2013.

La réalité du marché au printemps 2019 est presque à l'opposé de ce à quoi nous sommes habitués. Par exemple, sur les marchés de la nouvelle récolte, vous êtes nombreux, au Québec et en Ontario, à aimer fixer le prix de votre maïs et de votre soya au printemps ou en hiver. En fait, bon nombre des pics des dernières années ont eu lieu en mai et en juin. À l'heure actuelle, les prix du soya sont aussi bas que ceux de septembre dernier et le maïs de décembre n'a emballé personne non plus.

Le dollar canadien continue d'aider les agriculteurs de l'Ontario et du Québec. Cependant, nous nous reposons sur cette histoire depuis déjà un certain temps et nous avons besoin de nouveauté. Nos amis américains pourraient recevoir une autre série de paiements d'aide financière, sous réserve du succès d'un éventuel accord commercial. Vous savez qu'au Canada, il n'y a rien de tout cela pour nous. Le défi sera de changer vos attentes, d'autant plus si nous ne l’avons pas fait auparavant. En fin de compte, même si le marché agit comme si la récolte était faite, elle n'est même pas encore semée. Il est probable qu'il y aura des possibilités de commercialisation dans le futur avec des perspectives mitigées.

Si le monde était parfait la semaine prochaine, je sèmerais comme vous. Il y aurait un accord commercial avec les États-Unis et la Chine, qui prévoirait l'achat par les Chinois d'un tiers du soya américain. Le dollar canadien baisserait de quelques cents. Peut-être que l'USDA nous donnerait quelques pépites haussières. Peut-être que tout n'est pas fini. Espérons qu'il y a encore des choses à faire.

 


Partager cet article