Me connecter Créer mon compte

Nouvelles Philip Shaw

Comme le Coureur Des Bois, les agriculteurs anticipent le prochain tournant du marché

12 avril 2019, Philip Shaw

Nous voici de nouveau en avril. En Ontario et au Québec, c'est une période d'anticipation, car on sort les semoirs des hangars dans l'Est du Canada.  Votre fidèle chroniqueur fait la même chose, et après avoir enlevé la poussière, j'essaie toujours de faire le point sur les problèmes qu’il a pu me poser l’an dernier.  Avec un peu de chance, j'ai des notes et bien sûr, en 2019, j'espère avoir des photos de l'année dernière. 

Les nouvelles de l’USDA concernant les semis potentiels de la nouvelle campagne agricole ne sont pas différentes de celles de la première semaine d’avril ; c’est toujours une sorte de test décisif pour les analystes du marché. Les marchés ayant été influencés par l'ego des politiciens au cours de la dernière année, remettre une bonne dose de fondamentaux ne peut qu'être bénéfique pour le moral du marché. Cependant, je pense que dans le passé nous avons appris à maintes reprises que les marchés n'ont pas d'âme et qu'ils sont aussi dénués de scrupules. 

Le 29 mars, l'USDA a sonné l'alarme, évaluant la superficie consacrée au maïs aux États-Unis à 92,8 millions d'acres, soit 1,7 million de plus que l'estimation commerciale moyenne.  La superficie consacrée au soya aux États-Unis a été évaluée à 84,6 millions d'acres, soit 1,6 million d'acres de moins que la moyenne des prévisions commerciales et 4,6 millions d'acres de moins que le record de 89,2 millions d'acres établi l'an dernier.  La totalité de la superficie consacrée au blé s'est chiffrée à 45,8 millions d'acres, soit 2 millions d'acres de moins que l'an dernier.  Les stocks trimestriels de maïs se sont élevés à 8,604 milliards de boisseaux, ce qui est nettement supérieur à l'estimation commerciale de 8,336 milliards de boisseaux.  C'était un chiffre extrêmement baissier pour le maïs.  Les stocks trimestriels de soya se sont établis à environ 2,716 milliards de boisseaux, comme prévu, ce qui est un record et assure une perspective très baissière du marché du soya.

Cela a été une vraie claque pour le marché du maïs, le vieux maïs semblant sortir du bois.  D'où viennent ces 270 millions de boisseaux supplémentaires de maïs ?  Le prix à terme du maïs à proximité était en baisse de 17 cents le jour de bourse.  Un séisme pour le maïs par rapport à son rayon d'action.  Nous savons qu'il y a eu des problèmes avec les exportations de maïs, mais il y a aussi des problèmes avec la demande d'éthanol.  

C'est le problème de la demande américaine d'éthanol.  La Loi sur la Politique Énergétique de l'administration Trump est en train de dégrader les RFS (Normes pour les Carburants Renouvelables) pour le maïs.  Elle le fait depuis octobre dernier en accordant des SRE ou petites exemptions de raffinage, ce qui a pour effet d'entraver ou de réduire considérablement les RFS.  Les SRE ont été accordées à un taux quatre fois plus élevé qu'il y a trois ans.  Cela détruit la valeur du RIN, fait baisser les prix de l'éthanol et réduit les marges bénéficiaires. Cela signifie que les États-Unis ne sont plus aussi motivés qu'ils l'étaient autrefois à produire de l'éthanol à partir du maïs.  C'est dommage, car l'éthanol est devenu une vedette dans le bilan de l'offre et de la demande de maïs.  Et chaque semaine, les États-Unis ne parviennent pas à répondre aux attentes de l'USDA en matière de demande d'éthanol.  En d’autres termes, les RFS sont abîmées et doivent être réparées.

Les producteurs de maïs sont dans une situation incroyablement difficile à cause de la tourmente politique dans laquelle se trouve l’éthanol. En tant que Canadiens, nous avons toujours compté sur nos amis américains pour assurer le bon fonctionnement de cette SRA.  Cependant, l'EPA de la nouvelle administration a fait le contraire.  Cela signifie que le maïs est moins cher, ce qui, malheureusement, pourrait devenir encore plus fréquent lorsque nous utilisons le mot éthanol.  Cela change la donne.

En ce qui concerne le soya, l'USDA ne nous a pas vraiment surpris, si ce n'est pour nous dire que nous avons encore des tonnes de soya aux États-Unis.  La consommation de soya a tellement diminué que le chiffre trimestriel des stocks pourrait se chiffrer à plus d'un milliard de boisseaux d'ici la fin de la campagne agricole actuelle, ce qui pourrait entraîner une fin de stocks bien supérieure au milliard de boisseaux.  C'est une folle tendance baissière, mais il y a bien sûr l'accord commercial en cours entre la Chine et les États-Unis, qui est comme un carotte au bout d'un bâton.

En Ontario et au Québec, un dollar canadien aux alentours de 74 cents US entretient l’espoir.  Cela signifie que les agriculteurs du Québec et de l'Est de l'Ontario peuvent encore obtenir cette nouvelle récolte de 200 $/tonne de maïs, ce qui est comme de la poudre de perlimpinpinpin pour certains plans marketing. La saisonnalité devrait également entrer en jeu d'ici le 1er juillet, ce qui nous donnera quelques autres possibilités de commercialisation.

Le président Trump a annoncé la semaine dernière qu'il pourrait fermer la frontière sud.  Le Mexique n'est que le plus grand marché d'exportation américain pour le maïs !  Oh mon Dieu !  Les marchés fonctionnent bien lorsque les politiciens le permettent.  2018 en fut un laboratoire.  Nous n'en avons pas besoin de plus en 2019.

Il y a une multitude de choses à faire pour l'avenir.  Le contrôle de la pression d'air sur les pneus du semoir en fait certainement partie.  Toutefois, il ne faut pas perdre de vue l'amélioration de ce plan marketing dans toute la préparation.  L'USDA a de nouveau réaménagé les objectifs du marché céréalier la semaine dernière.  À bien des égards, en tant qu'agriculteurs, nous sommes comme le Coureur des Bois, ces commerçants canadiens-français qui, il y a quelques siècles, se déplaçaient en canoë pour échanger des marchandises dans l'intérieur de la province.  Souvent, ils ignoraient ce qu'il y avait aux alentours de la prochaine pointe rocheuse qui se jetait dans la rivière.  Idem pour les agriculteurs du Québec et de l'Ontario en 2019.  Cependant, et je le comprends, vous espérez voir le prochain tournant, vous espérez voir la Chine. 



Partager cet article