Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Début de semaine en force pour les prix des grains

29 janvier 2018,

La semaine aura très bien débuté pour les prix des grains, les marchés étant particulièrement nerveux et attentifs concernant les conditions météo en Argentine.

La dernière fin de semaine aura vu certaines régions plus au sud et à l’ouest de l’Argentine profiter de précipitations un peu plus importantes que prévu. Par contre, toute l’attention des marchés se tourne vers les perspectives pour les 2 prochaines semaines qui laissent peu de place à interprétation : ce sera chaud, mais surtout encore très sec pour les cultures en cours.

Par la suite, les dernières cartes météo proposent des précipitations pour la mi-février, mais il demeure encore très tôt pour parler d’un retour à des conditions plus humides et favorables.

À l’opposé, au Brésil, les conditions humides qui persistent depuis déjà un bon moment devraient se poursuivre encore cette semaine dans plusieurs régions, assez pour continuer de retarder la progression de la récolte de soya en cours. Certains commencent maintenant à s’inquiéter de cette situation qui, si elle persiste, pourrait endommager le soya, et augmenter le risque de maladie et d’inondations.

De son côté, le marché du blé aura pu compter en ce début de semaine sur les conditions toujours très sèches aux États-Unis où l’état des cultures continue de se détériorer. Selon le USDA, au Kansas, seulement 14% des cultures sont dans un état jugé « bon à excellent », en Oklahoma, 4%. Pour les 6-10 prochains jours, les conditions resteront dans l’ensemble encore très sèches dans le sud des Plaines américaines. 

Outre les incertitudes météo, le résultat des inspections à l’exportation de grains américains de la semaine dernière auront été également intéressant : maïs 993 506 tonnes (prévisions de 0,7 à 1,0 million de tonnes), soya 1,104 millions de tonnes (prévisions de 0,8 à 1,3 million de tonnes, et blé 579 875 tonnes (prévisions de 250 000 à 450 000 tonnes).

Après avoir atteint un nouveau creux inégalé depuis la fin 2014 la semaine dernière, le dollar américain cherche maintenant à se stabiliser. Cependant, cette faiblesse ne manque pas non plus de laisser miroiter de meilleures perspectives pour les exportations américaines de grains qui semblent bel et bien gagner un peu de traction dernièrement. Reflétant bien en quelque sorte cette dynamique de marché, on rapporte entre autres que le prix du blé russe est finalement de retour à son plus haut niveau depuis juillet dernier (194,50 $US/tonne vendredi dernier (240 $CAN/tonne) ce qui devrait profiter aux exportateurs américains.

Techniquement, à Chicago, bien que les prix démarrent la semaine en force, il faut se méfier de résistances qui semblent bel et bien à l’œuvre: à l’approche de 3,60 $US/boisseau pour le maïs échéance mars 18, 10,00 $US/boisseau pour le soya échéance mars 18, et à 4,50 $US/boisseau pour le blé Chicago échéance mars 18. En ce sens, il ne faudrait donc pas nécessairement se surprendre d’une correction considérant la progression intéressante des prix des derniers jours, l’approche de ces résistances plus importantes, et un contexte de marché qui commence à surchauffer. Toute la question sera ensuite d’évaluer si des sommets définitifs ont été atteints ou non, ce qui dépendra grandement des prochaines prévisions météo pour l’Amérique du Sud.


Partager cet article