Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Le rallye prend une pause, le soya toujours dans la course?

25 janvier 2018,

Les derniers jours ont été très intéressant pour les prix des grains qu’ils l’auront bien rendu. Le marché du soya sera parvenu à grimper à son plus haut depuis la mi-décembre à 9,9125 $US/boisseau (CàT Mars 18); difficile de ne pas prendre note au passage de l’échéance récolte qui se consolide depuis trois jours au-dessus de 10,00 $US/boisseau. Le marché du maïs aura finalement montré signe de vie de son côté, brisant la forte résistance 3,54-3,55 $US/boisseau (CàT Mars 18) qui était en vigueur depuis le début décembre dernier. Enfin, le marché du blé n’aura pas été en reste, tenant de nouveau sa chance pour un retour au-dessus de 4,30 $US/boisseau à Chicago (CàT Mars 18). 

Maïs

Les marchés se sont montrés un peu plus confiants concernant le maïs. Le dernier rapport hebdomadaire de production d’éthanol aux États-Unis a proposé une production pratiquement inchangée à 1,062 millions de barils/jours la semaine dernière, confirmant un retour à la normale après 2 semaines de faible production en raison de la vague de froid qui a affecté les États-Unis plus tôt ce mois-ci. Par contre, il faut prendre note que les stocks d’éthanol ont pour leur part bondi, en hausse de 1,06 à un record de 23,8 millions de barils.

Demain, ce sera au tour du rapport hebdomadaire d’exportation de grains du USDA de présenter des chiffres attendus des marchés concernant le maïs. La semaine dernière, d’excellentes ventes à l’exportation pour un total de 1,89 million de tonnes avaient été rapportées. Cette semaine, les marchés espèrent de nouveau de fortes ventes, bien qu’en baisse autour de 0,9 à 1,25 million de tonnes.

Les marchés surveillent toujours de très près également la situation en Amérique du Sud, spécialement en Argentine. Des précipitations sont attendues plus au nord, mais seront beaucoup moins importantes vers le centre/sud du pays. Avec par la suite une autre semaine très chaude et sèche attendue, il apparait de plus en plus difficile d’exclure une baisse de la récolte à venir du maïs argentin. 

Donnant écho à cette éventualité, en raison de ces conditions sèches, le ministre de l’Agriculture de l’Argentine a baissé les superficies cultivées de -0,25 à 21,5 millions d’acres. L’attaché du USDA en Argentine a également abaissé sa prévision de -2 à 40 millions de tonnes. La semaine dernière, une firme de consultant en Argentine avait pour sa part réduit sa prévision à 38 millions de tonnes. L’an dernier, selon le USDA, la récolte avait été de 41 millions de tonnes. 

Techniquement, à Chicago, les marchés auront profité des derniers jours pour brisé la forte résistance 3,54-3,55 $US/boisseau (CàT Mars 18). Ceci aura permis un 1er test de la résistance 3,57 $US/boisseau maintenant à surveiller. Un début de tendance haussière apparait en formation. Cependant, il faut prendre avec un grain de sel la possibilité que le marché du maïs puisse à ce stade-ci progresser beaucoup plus. Les stocks américains et mondiaux sont importants, et toute appréciation des prix invite rapidement plusieurs producteurs à vendre certains volumes, ce qui n’aide en rien les prix à gagner davantage en fermeté pour le moment.

Soya

Les derniers jours auront été très intéressants, mais également très volatile pour le marché du soya qui, depuis son creux du 12 janvier dernier, a bondi de plus de 0,45 $US/boisseau sur l’échéance mars 18, clôturant aujourd’hui à 9,9125 $US/boisseau avec une très brève 1re tentative au-dessus de 10,00 $US/boisseau.

Sans contredit, ce sont les incertitudes entourant les conditions pour les cultures en cours en Argentine qui retient le plus l’attention des marchés. Les conditions sont sèches, spécialement plus au sud du pays, et la prochaine semaine ne devrait laisser que trop peu de répit en ce sens. Tranquillement, certains analystes commencent ainsi à revoir leur prévision de récolte de soya argentin à la baisse; le Dr Cordonnier proposant un recul de -1 à 52 millions de tonnes (l’an dernier 57,8 millions de tonnes).

À l’opposé, on considère les conditions toujours favorables au Brésil. Par contre, de bonnes précipitations continuent d’affecter les régions plus au centre/nord du pays, ce qui continue de freiner la progression de la récolte. Pour le moment, rien d’inquiétant, mais si la situation persiste encore, les marchés pourraient alors y voir une autre menace pour les récoltes de soya sud-américain de cet hiver/printemps. 

En prévision du rapport hebdomadaire des exportations américaines de grains de demain, les marchés prévoient que les ventes seront 0,85 à 1,2 million de tonnes. Rappelons que la semaine dernière, elles avaient bondi, passant 1,24 million de tonnes. 

Techniquement, le marché du soya à Chicago profite toujours d’une forte tendance haussière court terme. Toutefois, on note un peu plus d’hésitation depuis deux jours alors que les prix mettent à l’épreuve des résistances plus importantes; l’échéance de mars 18 tentant un passage au-dessus de 9,90 avec un 1er test de 10,00 $US/boisseau, et celle récolte (CàT Nov. 18) faisant face à une résistance à l’approche de 10,10 $US/boisseau avec un 1er objectif de consolidation au-dessus de 10,00 $US/boisseau.

Blé

Le marché du blé continue de gagner en fermeté, bien que ce soit davantage par ricochet de la progression des marchés du soya et maïs qu’en raison de nouvelles fraiches particulièrement stimulantes.

Par contre, le nouveau revers du dollar américain donne espoir que les exportateurs américains de blé pourront profiter de cette occasion pour gagner du terrain sur les marchés mondiaux. Selon le dernier rapport hebdomadaire des exportations américaines de grains, le cumulatif des ventes américaines à l’exportation de blé affiche toujours un retard de 3,5% par rapport à la normale des 5 dernières années pour atteindre la prévision du USDA.

Les marchés ont toujours aussi à l’œil les conditions sèches qui couvrent une bonne proportion des Prairies et du sud/ouest du Midwest. Des précipitations sont attendues plus au nord, mais au sud, la situation semble toujours se corser davantage. Les États du Texas et de l’Oklahoma sont particulièrement touchés, avec un indice de sècheresse « exceptionnelle » relevé dans certaines régions en date de mardi dernier (23 janv.). Rappelons que les cultures de blé d’hiver aux États-Unis commencent à sortir de leur dormance plus au sud du pays à partir de la fin février.

En prévision du rapport hebdomadaire des exportations de grains américains qui sera présenté demain, les marchés se montrent confiants que les ventes seront plus intéressantes autour de 200 000 à 500 000 tonnes après trois semaines difficiles d’une moyenne de ventes de seulement 118 000 tonnes. 

Techniquement, à Chicago, le regain des derniers jours est intéressant, laissant miroiter un possible début de tendance haussière. En ce sens, il faut surveiller l’importante résistance autour de 4,33-4,37 $US/boisseau (CàT Mars 18). Un passage au-dessus de ce niveau serait positif, avec par la suite un prochain objectif de retour au-dessus de 4,40 $US/boisseau.


Partager cet article