Me connecter Créer mon compte

Nouvelle

Revue des marchés - 8 mars 19

08 mars 2019,

Maïs

Les contrats de maïs à Chicago ont fini la journée sur une note partagée. Ceux aux échéances les plus rapprochées ont clôturé en baisse d’une fraction à 1 ¼ cents. Pour la semaine, le contrat mai 19 a reculé de 2,35 % alors qu’il avait déjà perdu 2,99 % la semaine précédente.

Dans son rapport mensuel d’offre et de demande (WASDE) présenté ce midi, le USDA a augmenté son estimé des inventaires de fin d’année de maïs US 2018/2019 de 100 millions de boisseaux à 1,835 milliard de boisseaux. Cette situation serait le résultat de la baisse de la demande d’éthanol US (-25 millions de boisseaux) et de la diminution des exportations de maïs US (-75 millions de boisseaux). Le total des engagements reste à la traîne de 1,5 % par rapport à l’an passé, mais le cumulatif des exportations a augmenté de 39,69 %.

Mondialement, les productions du Brésil et de l’Argentine restent inchangées à respectivement 94,5 millions de tonnes et 46 millions de tonnes. Les inventaires mondiaux de fin d’année 2018/2019 sont en baisse de 1,25 millions de tonnes à 308,53 millions de tonnes. En Chine, l’usage de la moulée de maïs est en hausse de 3 millions de tonnes, ce qui indique que dans ce pays, la diète porcine est davantage axée sur le maïs plutôt que sur le soya.

La CFTC (Commitment of Traders) a signalé cet après-midi qu’en date du mardi 5 mars dernier, les spéculateurs et les gestionnaires de fonds actifs dans le secteur du maïs US avaient ajouté 72,318 contrats à leurs positions nettes vendeuses de 176,777 contrats.

 

Soya

Les contrats de soya US aux échéances les plus rapprochées ont fini la session à la baisse de 6 à 7 cents. Pour la semaine, le contrat mai 19 a perdu 1,73 %. Les contrats de tourteau aux échéances les plus rapprochées ont également terminé la journée en recul de 2,90 $/tonne. L’huile a perdu 2 points.

Le USDA a rapporté des ventes privées à l’exportation de 664,000 tonnes de soya. Les livraisons sont prévues en 2018/2019 et la destination est la Chine.

Selon les rumeurs, la rencontre entre le président Trump et le président Xi (Chine) qui aurait lieu à la fin mars sera postérieure à celle annoncée par la presse.

Pour l’année commerciale en cours, les importations chinoises de soya sont prévues à la hausse de 83,65 millions de tonnes à 85 millions de tonnes. Cette augmentation s’expliquerait par une diminution des importations chinoises de canola. Pour le USDA, les importations chinoises de soya devraient plutôt être de 88 millions de tonnes.

Dans le rapport mensuel d’offre et de demande, le USDA estime que les inventaires de fin d’année de soya US sont en baisse de 10 millions de boisseaux à 900 millions de boisseaux. À noter que la trituration de soya aurait augmenté du même montant.

Mondialement, les stocks de fin d’année sont en hausse de 0,45 millions de tonnes à 107,17 millions de tonnes. En Chine, la trituration de soya est en baisse de 1 million de tonnes. La production brésilienne serait quant à elle en baisse de 0,5 million de tonnes à 116,5 millions de tonnes.

 

Blé

Sous l’effet de prises de profits, la plupart des contrats de blé d’hiver US ont clôturé au neutre à haussier de 4 cents. À Minneapolis, les contrats étaient en baisse de 1 à 3 ¾ cents. Pour la semaine, le contrat mai 19 à Chicago a perdu 3,88 %. À Kansas, le même contrat a baissé de 3,15 %. À Minneapolis, il a reculé de 1,61 %.

Dans son rapport mensuel d’offre et de demande, le USDA a augmenté son estimé des inventaires de blé US de fin d’année 2018/2019 d’un autre 45 millions de boisseaux à 965 millions de boisseaux. Cette hausse s’explique par une baisse des exportations de 35 millions de boisseaux. Mondialement, le USDA observe une augmentation des stocks de 3 millions de tonnes à 270,53 millions de tonnes. Les inventaires de blé indien sont estimés à la hausse de 2,9 millions de tonnes.

Cet après-midi, le rapport de la CFTC a indiqué que le 5 mars dernier, les gestionnaires de fonds et les spéculateurs actifs dans le blé à Chicago avaient ajouté 13,882 contrats à leurs positions nettes vendeuses de 72,449 contrats. À Kansas, ils ont augmenté leurs positions nettes vendeuses à un record de -44,870 contrats.

Dans un appel d’offre qui a eu lieu cette semaine, l’Algérie a acheté 300,000 tonnes de blé durum d’origine optionnelle.

La Turquie a lancé un appel d’offres, qui se terminera le 14 mars prochain, pour acheter 290,000 tonnes de blé.

 

Bœuf

Les contrats de bœuf à Chicago ont clôturé avec des gains de 40 à 75 cents. Les contrats de veau ont également fini la session en hausse de 70 cents à 1,70 $. Pour la semaine, le contrat mars 19 a gagné 1,91 %.

Le 7 mars dernier, le CME feeder cattle index était en hausse de 27 cents à 140,03 $. Cet après-midi, la valeur du surgelé a été en progression. La découpe «Choice» a gagné 9 cents à 226,13 $. Celle «Select» a suivi en prenant 24 cents à 218,78 $.

Le USDA estime le cumulatif des abattages sous inspections fédérales à 603,000 têtes.

Cette semaine, des ventes au comptant à 128 $ ont été enregistrées dans le sud des États-Unis. Au nord, des ventes de 128-128,50 et de 205 $ ont été effectuées.

Rendu public hier, le rapport Cold Storage a indiqué qu’en date du le 31 janvier dernier, les stocks de surgelé de bœuf étaient en légère hausse par rapport à l’an passé à 510,07 millions de lb.

Le rapport retardé de Cattle on Feed du mois de février dernier a été présenté cet après-midi. Il a montré que les inventaires au 1er février 2019 étaient de 11,678 millions de têtes. En janvier, les placements ont été en baisse de 5,27 % comparativement à la même période l’an passé à 1,959 millions de têtes alors que la commercialisation était en hausse de 2,8 % à 1,91 millions de têtes.

Dans son rapport mensuel d’offre et de demande, le USDA estime que cette année, la production de bœuf pourrait être de 27,3 milliards de lb., ce qui correspond à une baisse de 310 millions de lb. comparativement à février dernier. Que ce soit pour le premier ou le deuxième trimestre, la production a été réduite de 100 millions de lb. en raison de la diminution du poids des carcasses.

 

Porc

Ce vendredi, les contrats de porcs à Chicago étaient particulièrement forts. À la fermeture du marché, ils avaient enregistrés des gains de 1,25 $ à 2,825 $. Pour la semaine, le contrat avril 19 a pris 7,36 %.

Le 6 mars dernier, le CME Lean Hog Index était en baisse de 10 cents par rapport au jour précédent à 51,75 $. Cet après-midi, la valeur moyenne des découpes a été en hausse de 79 cents à 65,04 $. Sur une base nationale, le prix moyen au comptant de la carcasse était en progression de 1,21 $ à 45,86 $

Le USDA considère le cumulatif hebdomadaire des abattages sous inspections fédérales à 2,363 millions de têtes.

Le rapport Cold Storage a indiqué qu’en date du 31 janvier dernier, les inventaires de surgelé de porc US étaient de 562,71 millions de lb., soit une baisse de 3,1 % comparativement à l’année précédente.

Dans son rapport rendu public ce matin, le USDA estime que pour 2019, la production de porc US pourrait atteindre de 27,43 milliards de lb., ce qui représente une hausse de 90 millions de lb. par rapport au mois précédent.

 

Dollar canadien

 

Survol par 

Brugler Marketing and Management, LLC


Partager cet article